Ivanne & Sidonie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 9 février 2010

Utopie# 2 l'exemple des tralalas.

Les Tralalas:

Même dans la rêverie il n'y a pas de création culinaire ex nihilo, il y a toujours une part d'hybridation qui vient s'entrelacer sur le fond de nos désirs ou besoins gustatifs du moment. Je voulais rêver à de charmantes petites bouchées qui puissent fondre en bouche tout en éparpillant sur les papilles des éclats croustillants. De subtiles bouchées fondantes à croquer. Elles auraient quelque choses des Merveilleux et des succès et formeraient une confiserie pâtissière.

Tralalas

Lire la suite...

lundi 8 février 2010

Utopie #1 CONSIDÉRATION sur le gribouillage culinaire

CONSIDÉRATION sur le gribouillage culinaire

Le gribouillage culinaire permet de se laisser aller à rêver un nombre infini d'assemblages gustatifs. C'est une cuisine au conditionnel dont les seuls éléments de réalité se résument au trait de crayon dessinant malhabilement ou pas les perspectives d'un nouveau met.
Un gribouillage culinaire permet d'esquisser un met tel qu'il a pu apparaître dans une rêverie gastronomique:

Ce dispositif d'errance gastronomique interne se révèle être essentiel dans notre société contemporaine et particulièrement dans ces occasions multiples interdisant l'occupation culinaire (en effet s'il est mal-aisé voire inimaginable de cuisiner au travail ou dans le métro, dans la file d'attente d'une administration quelconque, sur un banc d'église, dans la salle d'attente d'un ostéopathe, ou lorsqu'on est inopinément affligé d'une tendinite du pouce droit... il est parfaitement possible de rêver gastronomiquement et assez commode de gribouiller dans presque toutes ces circonstances.)

Lire la suite...

mercredi 27 janvier 2010

un Paris-Brest

Douce sensation pralinée
Mais pourtant il faut éviter
Que le beurre ne t'alourdisse
pour retrouver ta subtilité

Le Paris-Brest n'est pas une pâtisserie connue pour sa légèreté. Personnellement, les crèmes au beurre pralinées qu'on trouve traditionnellement en boulangerie me donne un peu des hauts le cœurs. Donc, quand on nous a demandé de faire un Paris-Brest d'anniversaire, la première question fut : comment alléger la sensation, la rendre plus fine ?
La solution s'est trouvée dans la complexité : mélanger la crème au beurre au praliné puis à de la crème pâtissière elle-même mélangée à de la crème fouettée (mais non ce n'est pas si compliqué)...

Paris-Brest

Lire la suite...

mercredi 20 janvier 2010

in the mood of the kitchen

inthemoodofthekitchen

Lire la suite...

dimanche 17 janvier 2010

dimanche flan-flan

flan Nourriture régressive et paresseuse.
Paradoxe d'une mollesse contenue
Il tient et pourtant flanche immanquablement

Et comme il faut de tout pour faire un flan voici :

Un flan de potiron sucré et un salé



Un flan de potiron saléflan-potiron-salé2

Lire la suite...

samedi 16 janvier 2010

Final du dîner noir violine. Les desserts.

Après le violet des entrées et le noir de la seiche, voici le marron foncé des desserts :

Galette Balthazar

La galette Balthazar, c'est une galette noire où l'on a épicé la frangipane classique à l'aide de cannelle et de cacao, le tout adouci par de la poire pochée.

“Le festin de Balthazar” par Rembrandt

pour faire cette galette-là il faut:

ingrédients:
Pour la pâte feuilletée :

  • 250g de farine de blé (normalement de la T45, moi je prends toujours de la bio, donc T65, ça marche aussi)
  • environ 200g de crème liquide
  • 5g de sel
  • environ 200g de vrai bon beurre
  • 25g de cacao en poudre
  • 2 cuillères à café de cannelle en poudre

Pour la frangipane :

  • 2 à 4 poires selon vos goûts (et la taille de la galette)
  • Amandes en poudre
  • 2 œufs
  • Rhum
  • 100g de beurre
  • Sucre glace
  • cacao en poudre
  • cannelle

Lire la suite...

samedi 9 janvier 2010

les seiches du dîner noir-violine

Suivant les hors d'œuvres, l'œuvre.

Risotto al nero di seppia, petit chutney citron orange, seiches marinées et sauce au tamarin.

Petite leçon d'anatomie de ces chères seiches.
anatomie de la seiche

Sepiida. Mollusque de la classe des céphalopodes. Elle possède une espèce de flotteur naturel : son os, unique et central, empli d'air qui lui permet de flotter en toutes occasions et de s'éviter ainsi la fatigue de la nage. Par ailleurs son entonnoir lui permet, fait rare, la propulsion à réaction. Elle possède également une poche noire contenant la seppia ou encre qu'elle expulse pour dissimuler sa fuite de ses prédateurs en troublant leur vision, certes, mais également leur olfaction paraît-il.

''Pour de plus amples informations''

Sachez que la seiche se pêche à la turlutte.
Turlutte claire par temps clair. Turlutte foncée par temps foncé. Et si cette turlutte ne plaît pas assez à la seiche il faut l'oindre d'huile de sardine...

''Pour de plus amples informations''

Lire la suite...

- page 3 de 4 -