Ivanne & Sidonie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Utopies

Mets rêvés

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 26 avril 2010

Révisons notre semiologie culinaire

Cooking: Terms and What They Mean (1949)/ semiotic of the kitchen(1975)

Cooking: Terms and What They Mean (1949)


Cooking Terms And What They Mean (1949).A young wife learns common cooking terms so as to better take care of her new husband.

Semiotic of the kitchen (1975)


"I was concerned with something like the notion of 'language speaking the subject,' and with the transformation of the woman herself into a sign in a system of signs that represent a system of food production, a system of harnessed subjectivity."Martha Rosler

Pendant ce temps enfouies dans un mutisme frénétique hyperactif nous concoctons compulsivement notre liquide sémiotique ...

mardi 9 février 2010

Utopie# 2 l'exemple des tralalas.

Les Tralalas:

Même dans la rêverie il n'y a pas de création culinaire ex nihilo, il y a toujours une part d'hybridation qui vient s'entrelacer sur le fond de nos désirs ou besoins gustatifs du moment. Je voulais rêver à de charmantes petites bouchées qui puissent fondre en bouche tout en éparpillant sur les papilles des éclats croustillants. De subtiles bouchées fondantes à croquer. Elles auraient quelque choses des Merveilleux et des succès et formeraient une confiserie pâtissière.

Tralalas

Lire la suite...

lundi 8 février 2010

Utopie #1 CONSIDÉRATION sur le gribouillage culinaire

CONSIDÉRATION sur le gribouillage culinaire

Le gribouillage culinaire permet de se laisser aller à rêver un nombre infini d'assemblages gustatifs. C'est une cuisine au conditionnel dont les seuls éléments de réalité se résument au trait de crayon dessinant malhabilement ou pas les perspectives d'un nouveau met.
Un gribouillage culinaire permet d'esquisser un met tel qu'il a pu apparaître dans une rêverie gastronomique:

Ce dispositif d'errance gastronomique interne se révèle être essentiel dans notre société contemporaine et particulièrement dans ces occasions multiples interdisant l'occupation culinaire (en effet s'il est mal-aisé voire inimaginable de cuisiner au travail ou dans le métro, dans la file d'attente d'une administration quelconque, sur un banc d'église, dans la salle d'attente d'un ostéopathe, ou lorsqu'on est inopinément affligé d'une tendinite du pouce droit... il est parfaitement possible de rêver gastronomiquement et assez commode de gribouiller dans presque toutes ces circonstances.)

Lire la suite...